Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 22:00

Les niveaux scolaires sont dénigrés ; les tests pour les apprécier démotiveraient les élèves en difficulté.

Les autruches mettent la tête dans le sable dit-on.

Connaître son niveau est utile à l'enfant lorsque de résultat est partagé par l'enseignant et l'apprenant pour changer les choses.

Le ministère de l'éducation nationale prévoit un projet annuel de performance. Le modèle qui fait référence est le PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves)

Il y a 3 niveaux d'évaluation : CE1, CM2, et 3 ème ;

un niveau chaque année ;           Cours Elémentaire 1ère année      en 2014,

                                                          Cours Moyen            2ème année   en 2015,

                                                          Classe  3 ème du collège                en 2016,

(source : Fep magazine février 2014)

PISA évalue la capacité des jeunes à utiliser les acquis de leur scolarité obligatoire dans la vie courante (x). Cela correspond à la tournure d'esprit de nombreux enfants en enseignement professionnel.

     L'enseignement agricole se tient souvent à l'écart, alors que c'est le moment de construire une pédagogie qui marie les référentiels "ministère de l'agriculture"           et les attendus généraux.

  ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Les évaluations du niveau de connaissances des élèves en 2012 ne donnent pas satisfaction (1). Le test a été approfondi en mathématiques et la France est dans la moyenne avec d'importants écarts entre ses élèves compétents et ses élèves faibles.

Or la consommation de cannabis par les jeunes français est connue pour être importante. (2)

Il faut faire le lien entre les deux informations car la prise de conscience est la première attitude qui permet de construire des démarches éducatives. N'oublions pas que les enfants deviendront des citoyens.




1 « Pisa : l'école française malade de ses résultats » in FEP magazine mars 2014 Page 15

2Une étude menée par les chercheurs néozélandais, britanniques et américains auprès d'un millier d'individus pendant 20 ans, confirme la grande nocivité du cannabis sur le cerveau des ados. Des dommages inquiétants d'autant plus que l'arrêt ou la réduction de la consommation ne restaure pas complètement les capacités intellectuelles. Et quand on sait que les ados français sont de loin les plus gros consommateurs de cannabis en europe,, devançant même les américains, on mesure l'urgence de la prévention [source : Ma mutuelle, mon mag, n°9 janvier-mars 2014] in FEP magazine mars 2014 Page 4

Partager cet article

Repost0

commentaires